1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

La Naissance de Vénus Alexandre Cabanel (1823-1889)

La Naissance de Vénus
  • La Naissance de Vénusa
  • La Naissance de Vénus1
  • Le Triomphe de Vénus2
  • Le Déjeuner sur l’herbe3
  • Olympia4
  • Rolla5
La Naissance de Vénus
auteur(s) : Alexandre Cabanel (1823-1889)
dimension : H. 130 cm ; L. 225 cm
technique : huile sur toile
datation : 1863
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
La Naissance de Vénus
La Naissance de Vénus
auteur(s) : Alexandre Cabanel (1823-1889)
dimension : H. 130 cm ; L. 225 cm
technique : huile sur toile
datation : 1863
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
La Naissance de Vénus
La Naissance de Vénus
auteur(s) : Sandro Botticelli (1444/1445-1510)
dimension : H. 172 cm ; L. 278 cm
technique : détrempe, peinture sur toile
datation : 1485
lieu de conservation : Florence, Galleria degli Uffizi
Le Triomphe de Vénus
Le Triomphe de Vénus
auteur(s) : François Boucher (1703-1770)
technique : huile sur toile
datation : vers le milieu du XVIIIe siècle
lieu de conservation : Amiens, musée de Picardie
Le Déjeuner sur l’herbe
Le Déjeuner sur l’herbe
auteur(s) : Édouard Manet (1832-1883)
dimension : H. 208 cm ; L. 264,5 cm
technique : peinture sur toile
datation : 1863
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Olympia
Olympia
auteur(s) : Édouard Manet (1832-1883)
dimension : H. 130,5 cm ; L. 190 cm
technique : peinture sur toile
datation : 1865
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Rolla
Rolla
auteur(s) : Henri Gervex (1852-1929)
dimension : H. 175 cm ; L. 220 cm
technique : peinture sur toile
datation : 1878
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
En quoi La Naissance de Vénus reflète-t-elle l’enseignement académique ? Quelle place pour le nu dans une société soucieuse de morale publique ?

Titulaire du Prix de Rome, pensionnaire durant cinq années à la villa Médicis, Alexandre Cabanel s’installe à Paris à vingt-sept ans et poursuit une carrière marquée par des commandes de portraits, de décors et de peintures d’histoire. Représentant de l’art officiel que ses détracteurs taxent de «  pompier », il triomphe au Salon. Il est couvert d’honneurs et de responsabilités tant à l’École des beaux-arts comme professeur que dans l’organisation du Salon officiel comme membre du jury. La Naissance de Vénus [ image principale ] constitue l’un des plus grands succès de Cabanel puisque le tableau est acquis par l’empereur Napoléon III pour sa collection personnelle.

Le prétexte mythologique

Conformément aux principes de la peinture d’histoire, la déesse de la beauté et de l’amour est peinte grandeur nature. Elle repose sur les vagues afin d’évoquer la Vénus dite anadyomène, « celle qui sort de la mer ». De petits Amours forment une guirlande au-dessus d’elle et viennent renforcer le contexte mythologique. Selon Hésiode, la déesse serait née de l’écume fécondée par les organes sexuels d’Ouranos, tranchés par son fils Cronos. Le sujet offre avant tout un prétexte parfait à la représentation d’une femme nue conforme aux canons appréciés sous le Second Empire. L’époque ne plaisante pas avec la morale et l’ordre public, comme en témoignent les condamnations pénales de Flaubert et de Baudelaire en 1857.

Idéal et séduction

Le corps de la déesse est idéalisé : les contours sont parfaitement définis, les courbes sensuelles accentuées, et toute pilosité a disparu. Or, la position alanguie, les bras rejetés derrière la tête, le sourire et le regard coulés vers le spectateur ne sont pas dénués d’ambiguïté, comme le constate le critique d’art Émile Zola : « La déesse, noyée dans un fleuve de lait, a l’air d’une délicieuse lorette, non pas en chair et en os, cela semblerait indécent, mais en une sorte de pâte d’amande blanche et rose […] Cet heureux artiste a résolu le difficile problème de rester sérieux et de plaire. »

Une peinture conforme aux préceptes de l’Académie

Cabanel est un pur produit de l’Académie qui l’a formé. Il y a suivi un enseignement fondé sur l’étude du corps humain à partir de modèles vivants et sur l’exemple des maîtres du passé. Nombreux sont les artistes qui ont pu inspirer Cabanel pour le choix du sujet, depuis le fameux peintre de la Renaissance Botticelli [ image 1 ] jusqu’à François Boucher qui, au XVIIIe siècle, a souvent mis en scène Vénus dans ses tableaux [ image 2 ]. La représentation s’apparente en outre au thème des odalisques, récurrent dans l’œuvre d’Ingres. Mais loin de se limiter à l’iconographie, ces influences sont aussi sensibles dans la clarté des coloris, empruntée à Boucher, et dans la sinuosité des lignes, caractéristique des figures allongées d’Ingres.

1863 : acceptés ou refusés

Au Salon de 1863, le public se presse nombreux devant La Naissance de Vénus, exposée pour la première fois, et apprécie la grâce du modèle, la douceur des coloris, la facture léchée de la peinture. Cependant, cette même année, le jury écarte de nombreuses toiles. Le mécontentement et la contestation suscités par leurs décisions conduisent alors à l’organisation simultanée d’une exposition réservée aux œuvres rejetées : le Salon des refusés. C’est là qu’Édouard Manet expose Le Déjeuner sur l’herbe, qui met en scène une femme nue assise près de deux hommes habillés [ image 3 ]. Le choc est considérable, car le corps féminin n’est pas idéalisé et tout contexte mythologique a disparu. Rien ne venant justifier la nudité, elle est alors considérée immorale et indécente.

Déesse ou prostituée ?

En 1865, Manet provoque un nouveau scandale avec Olympia [ image 4 ], une œuvre tout en contrastes violents. Dans ce tableau, une prostituée du Second Empire, aucunement idéalisée, défie le spectateur du regard. En parlant d’elle, Zola, défenseur de Manet, ne manque pas de faire allusion à La Naissance de Vénus : « Si au moins M. Manet avait emprunté la houppe à poudre de riz de M. Cabanel et s’il avait un peu fardé les joues et les seins d’Olympia, la jeune fille aurait été présentable. » S’opposent alors une version édulcorée du nu féminin et une vision réaliste qui fait écho au monde des plaisirs cachés de cette époque.

Alors que s’affirme le courant naturaliste, le peintre Gervex, élève de Cabanel, peint Rolla [ image 5 ] en 1878, opérant une forme de synthèse entre Vénus et Olympia. Il représente une femme nue conforme à l’idéal académique de son maître. Or ce n’est pas Vénus qu’il met en scène, mais une prostituée. Les accessoires jetés au sol – corset, jupon, etc. – et le lit défait suggèrent une scène bien plus inconvenante qu’un épisode mythologique.

Pour en savoir davantage sur le contexte historique de la création de ce tableau, rendez-vous sur le site LHistoire par limage.

Christine Kastner-Tardy

Permalien : http://www.panoramadelart.com/cabanel-naissance-de-venus

haut de page

ressources internet

  1. Une notice sur le site du musée d’Orsay
    http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/peinture/commentaire
  2. Un dossier de presse, réalisé à l’occasion de l’exposition Alexandre Cabanel au musée Fabre de Montpellier en 2012
    http://museefabre.montpellier-agglo.com/pdf.php/?filePath=var/storage/original/a
  3. Une étude « L’art pompier, un art officiel » sur le site L'Histoire par l’image
    http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1126&d=1&m
  4. Un dossier « Zola et les arts » constitué par la Société littéraire des amis d’Émile Zola
    http://www.musee-orsay.fr/fileadmin/mediatheque/integration_MO/PDF/Zola.pdf
  5. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Académie :
Institution, fondée en 1648, qui rassemble les artistes distingués par une assemblée de pairs et travaillant le plus souvent pour la couronne. Elle définit les règles de l’art et du bon goût, forme les artistes, organise des expositions. Académie royale de peinture et de sculpture jusqu’à la Révolution, elle devient par la suite l’Académie des beaux-arts.
Cronos :
Dieu du Temps dans la mythologie grecque. Il est vénéré sous le nom de Saturne par les Romains.
Odalisque :
Femme de harem.
Ouranos :
Dieu du Ciel chez les Grecs, vénéré sous le nom d’Uranus chez les Romains.
Pompier :
Adjectif qui désigne de manière ironique l’art officiel de la seconde moitié du XIXe siècle. Le terme fait référence aux pompiers qui surveillaient le Salon. Leur casque et leur uniforme chamarré rappelaient le goût de ces artistes académiques pour les représentations fantaisistes de l’Antiquité.
Salon :
Au XVIIIe siècle les expositions des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture se tenaient dans le Salon carré du Louvre. Le terme « Salon » désigne par la suite toutes les expositions régulières organisées par l’Académie.
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers

  • ajouter aux favoris
  • rss
  • imprimer
sur le même thème
à la même époque