1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Dame de Brassempouy

Dame de Brassempouy
  • Dame de Brassempouya
  • Dame de Brassempouyb
  • Figurine dite « le losange »1
  • Statuette féminine dite « Vénus »2
  • Figurine à la ceinture3
  • Collier de trente-quatre perles en forme de panier 4
  • Cheval en ronde-bosse5
Dame de Brassempouy
Dame à la capuche
dimension : H. : 3,65 cm ; L. : 2 cm ; P. : 2,2 cm
matériaux : ivoire de mammouth
technique : sculpture
provenance : Brassempouy, Landes
datation : Paléolithique, gravettien (29 000-25 000 av. J.-C.)
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Dame de Brassempouy
Dame de Brassempouy
Dame à la capuche
dimension : H. : 3,65 cm ; L. : 2 cm ; P. : 2,2 cm
matériaux : ivoire de mammouth
technique : sculpture
provenance : Brassempouy, Landes
datation : Paléolithique, gravettien (29 000-25 000 av. J.-C.)
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Dame de Brassempouy
Dame de Brassempouy
Dame à la capuche
dimension : H. : 3,65 cm ; L. : 2 cm ; P. : 2,2 cm
matériaux : ivoire de mammouth
technique : sculpture
provenance : Brassempouy, Landes
datation : Paléolithique, gravettien (29 000-25 000 av. J.-C.)
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Figurine dite « le losange »
Figurine dite « le losange »
datation : Paléolithique, gravettien, vers 25 000 av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Statuette féminine dite « Vénus »
Statuette féminine dite « Vénus »
datation : Paléolithique, gravettien (25 000 av. J.-C.)
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Figurine à la ceinture
Figurine à la ceinture
datation : Paléolithique, gravettien, vers 25 000 av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Collier de trente-quatre perles en forme de panier
Collier de trente-quatre perles en forme de panier
datation : paléolithique, magdalénien (17 000-10 000 av. J.-C.)
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Sculpture en ronde-bosse de cheval
Cheval en ronde-bosse
datation : Paléolithique, magdalénien (17 000-10 000 av. J.-C.)
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Quelle place pour la femme dans la Préhistoire ? Représentation réaliste d’un individu ou représentation idéale du genre féminin ?

Cette petite tête en ivoire, d’à peine quatre centimètres de hauteur [ image principale ], a été découverte par Édouard Piette en 1894 à l’entrée de la grotte du Pape à Brassempouy dans les Landes. Elle a été sculptée au Gravettien (vers 29 000-22 000 av. J.-C.), période du Paléolithique supérieur qui voit l’éclosion de nouvelles formes artistiques : des pierres, de l'argile, des os ou des bois de rennes sont gravés, des cavernes sont ornées de chevaux peints (grotte de Cosquer) ou d’empreintes de mains au pochoir, dites «  mains négatives » (grotte du Pech Merle). C’est notamment à cette époque que remontent les premières représentations de l’homme : la Dame de Brassempouy est l’une des plus anciennes que l’on conserve. C’est une œuvre phare de la Préhistoire qui n’a pas encore livré tous ses secrets et qui est considérée comme un chef-d’œuvre de l' art mobilier paléolithique.

La femme au cœur du sacré

Du Gravettien datent surtout des représentations féminines, sculptées dans des pierres tendres ou de l’ivoire, baptisées improprement «  Vénus » par les premiers fouilleurs. On en trouve dans toute l’Europe occidentale, jusqu’en Russie. Ces statuettes ont des attributs sexuels marqués. La poitrine, le ventre et les fesses sont accentués. La tête, lorsqu’elle est conservée, est souvent très schématique et le visage dépourvu de ses éléments distinctifs. La statuette dite « le losange » [ image 1 ] en est un bon exemple. On a longtemps pensé que la Dame de Brassempouy était le fragment d’une statuette de ce type. Une telle hypothèse n’apparaît plus aujourd’hui aussi évidente. On pense malgré tout que, comme ces « Vénus » souvent callipyges (c’est-à-dire aux formes plantureuses) qui semblent célébrer la femme et sa fécondité [ image 2 ], la Dame de Brassempouy avait très probablement des fonctions religieuses et symboliques.

Le premier regard de la Préhistoire

À la différence de la plupart des « Vénus » préhistoriques, la Dame de Brassempouy se distingue par son visage parfaitement défini, ce qui est extrêmement rare au Paléolithique supérieur. Le cou très allongé et la tête ovoïde sont clairement différenciés. Le visage est parfaitement décrit avec son front, ses yeux en amande, ses sourcils, son nez aplati et son menton saillant. Seule la bouche n’est pas indiquée. La pupille de l’œil est même très finement gravée, ce qui rend le regard de la dame perceptible et particulièrement émouvant. Les traits apparaissent si fortement individualisés qu’on serait tenté de parler de « portrait ». Mais les préhistoriens considèrent plutôt que la Dame de Brassempouy est une représentation idéalisée et générique de la femme.

Une étrange coiffure : chevelure ou accessoire ?

La Dame de Brassempouy se distingue aussi par son étrange coiffure en stries géométriques et régulières qui intrigue les chercheurs [ détail b ]. Édouard Piette, quand il a découvert la statuette, en parlait comme d’une capuche, raison pour laquelle la Dame de Brassempouy est aussi connue sous le nom de « Dame à la capuche ». D’autres hypothèses ont été formulées depuis : certains pensent qu’il pourrait s’agir d’une résille ornementale posée sur les cheveux, d’autres, de la représentation d’une chevelure tressée.

L’ivoire, un matériau noble

La Dame de Brassempouy est sculptée dans de l’ivoire de mammouth qui est à la Préhistoire un matériau noble issu de la chasse. Le site de Brassempouy a lui-même livré plusieurs fragments de statuettes en ivoire : celle dite « à la ceinture » en est un autre exemple [ image 4 ]. Mais au Paléolithique supérieur, particulièrement au Magdalénien (17 000-10 000 av. J.-C.), on trouve fabriqués dans cette matière bien d’autres types d’objets, comme des bijoux [ image 4 ]. C’est aussi alors le support d’autres types de représentations, notamment animalières [ image 5 ].

Christine Vève

Permalien : http://www.panoramadelart.com/dame-de-brassempouy

haut de page

ressources internet

  1. Voir des œuvres au musée
    http://www.musee-archeologienationale.fr
  2. Visiter un musée de la Préhistoire
    http://www.musee-prehistoire-eyzies.fr/
  3. Une synthèse sur l’art préhistorique
    http://www.grandpalais.fr/fr/article/lhistoire-de-lart-par-periodes
  4. Un dossier complet sur les « vénus » de la Préhistoire
    http://www.hominides.com/html/art/venus_art_mobilier.php
  5. Un dossier de synthèse sur la période gravettienne
    http://www.hominides.com/html/prehistoire/gravettien.php
  6. Revue DADA « La Préhistoire »
    http://www.revuedada.fr/f/index.php?sp=coll&collection_id=48&PHPSESSID=4e7e5ca52
  7. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Art mobilier :
Pour la période préhistorique, ensemble d'objets transportables qui constituent le support d’un décor, que ces objets soient utilitaires ou non.
Gravettien :
Culture du Paléolithique supérieur que l’on situe entre 29 000 et 22 000 ans av. J.-C. environ. Elle tire son nom du site de la Gravette à Bayac, en Dordogne. Dans l’art mobilier, les statuettes féminines, dites « vénus », sont caractéristiques de cette période.
Ivoire :
Matière blanche et dure provenant des dents ou des défenses d’animaux (cachalot, mammouth, éléphant…).
Magdalénien :
Culture du Paléolithique supérieur que l’on situe entre 17 000 et 10 000 av. J.-C. Elle tire son nom du site de la Madeleine à Tursac en Dordogne. C’est une importante période pour l’art pariétal préhistorique.
Paléolithique :
ou « âge de la pierre ancienne ». Première période de la Préhistoire qui, en France, s’étend entre 800 000 et 10 000 ans av. J.-C. environ. Elle est marquée par l’arrivée des premiers hommes : c’est l’époque des chasseurs-cueilleurs nomades.
Piette :
Édouard Piette (1827-1906) est un archéologue et préhistorien qui a beaucoup contribué à la découverte de l’art préhistorique français.
Vénus :
Déesse romaine de l’Amour et de la Beauté, vénérée sous le nom d’Aphrodite par les Grecs. Son nom est donné aux statuettes préhistoriques, caractéristiques de la culture gravettienne, réalisées en pierre ou en ivoire, représentant des femmes aux formes généreuses.
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers

Lou
ven, 12/02/2011 - 19:28

c' est super !Il ya trois tonnes de photo,on na de quoi trouver le programe scolaire

BRUNEAU
sam, 12/24/2011 - 10:32

Je découvre votre site par mon fils, je suis un historien néophyte mais avide de découverte en tous genres
à la première page je suis subjugué de l'ampleur de cette œuvre car il faut bien parler d'œuvre
Merci c'est un bon noël de le faire circuler parmi ses amis

Lemmingseo2
mar, 01/31/2012 - 16:48

Je trouve cette figure très émouvante. On dirait vraiment un portrait (comparée aux "Vénus" sans visage). C'est un peu frustrant (et en même temps très poétique) de se dire que les archéologues ne sauront jamais vraiment qui était la femme (ou la déesse ?) sculptée, comment elle vivait, et ce que cette statue voulait représenter..

LEFEVRE Jacqueline
mer, 02/15/2012 - 15:57

Je découvre votre site , un peu par hasard, et je suis enthousiasmée. Merci

Clovera
jeu, 02/16/2012 - 07:29

Statuette est datée vers 29000/22000 av. J. C.. Cela veut dire que le matériel utilisé (ivoire) date de cette époque. mais peut-on confirmer qu'elle a été faite à la même époque? Le sculpteur n' a pas pu le faire beaaucoup plus tard, utilisant tout simplement le vieux matériel?

Farina
mer, 02/29/2012 - 10:29

L'âge de la statuette est 29000/2200 ans av.J.C - cela veut dire que la matière (ivoire) date de cette époque. mais peut-on le dire également du travail (sculpture)? Le sculpteur a pu trouver un morceau de l'ivoire de l'âge paléolithuque et créer la statuette plus tard, est posible?
*
Clovera, 28/02/2012

Clovera
mar, 03/27/2012 - 11:21

L'age de la statuette est de 29000 à 22000 ans, mais peut-on le dire également du travail? Le sculpteur inconnu a pu trouver beaucoup plus tard un morceau d'ivoire?

Estéle
sam, 05/26/2012 - 14:54

Concernant l'âge, c'est bien celui de la fabrication de la statuette. Effectivement, l'artiste a utilisé un morceau d'ivoire fossile qu'il a trouvé et qui est donc beaucoup plus ancien (l'ivoire frais est trop dur pour être travaillé). La Dame a été datée par datation relative, càd qu'on a daté les objets présents autour d'elle, et non la Dame elle-même.

LAMBERT Jean-P...
mar, 10/02/2012 - 16:59

le passionné d'art que je suis a enfin trouvé son site, .... par hasard. Bravo pour la qualité de vos article !!!

Estéle
lun, 12/10/2012 - 19:16

Pour ceux qui veulent en savoir plus, venez donc visiter le musée de Brassempouy !
A bientôt