Char miniature de Mérida | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


Char miniature de Mérida

Char miniature de Mérida. Découvert à Mérida (province de Badajoz, région d’Estrémadure, Espagne). IIe-Ier siècle av. J.-C., sculpture (bronze ; fonte à la cire perdue), 12 × 28 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 76267bis)
  • Char miniature de Méridaa
  • Char miniature de Méridab
  • Char miniature de Méridac
  • Char miniature de Mérida.d
  • Char miniature de Méridae
  • Maquette no 2 du char de Vix1
  • Carnyx2
  • Dieu dit d’Euffigneix3
  • Statère des Parisis4
Char miniature de Mérida
dimension : H. 12 cm ; L. 28 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture (fonte à la cire perdue)
provenance : Espagne, Estrémadure, Badajoz, Mérida
datation : IIe-Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Char miniature de Mérida. Découvert à Mérida (province de Badajoz, région d’Estrémadure, Espagne). IIe-Ier siècle av. J.-C., sculpture (bronze ; fonte à la cire perdue), 12 × 28 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 76267bis)
Char miniature de Mérida
dimension : H. 12 cm ; L. 28 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture (fonte à la cire perdue)
provenance : Espagne, Estrémadure, Badajoz, Mérida
datation : IIe-Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Char miniature de Mérida. Détail des encoches sur la plateforme. Découvert à Mérida (province de Badajoz, région d’Estrémadure, Espagne). IIe-Ier siècle av. J.-C., sculpture (bronze ; fonte à la cire perdue), 12 × 28 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 76267bis)
Char miniature de Mérida
Détail des encoches sur la plateforme
dimension : H. 12 cm ; L. 28 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture (fonte à la cire perdue)
provenance : Espagne, Estrémadure, Badajoz, Mérida
datation : IIe-Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Char miniature de Mérida. Détail des clochettes. Découvert à Mérida (province de Badajoz, région d’Estrémadure, Espagne). IIe-Ier siècle av. J.-C., sculpture (bronze ; fonte à la cire perdue), 12 × 28 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 76267bis)
Char miniature de Mérida
Détail des clochettes
dimension : H. 12 cm ; L. 28 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture (fonte à la cire perdue)
provenance : Espagne, Estrémadure, Badajoz, Mérida
datation : IIe-Ier siècle av. J.-C
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Char miniature de Mérida. Détail de la jambe du cavalier. Découvert à Mérida (province de Badajoz, région d’Estrémadure, Espagne). IIe-Ier siècle av. J.-C., sculpture (bronze ; fonte à la cire perdue), 12 × 28 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 76267bis)
Char miniature de Mérida.
Détail de la jambe du cavalier
dimension : H. 12 cm ; L. 28 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture (fonte à la cire perdue)
provenance : Espagne, Estrémadure, Badajoz, Mérida
datation : IIe-Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Char miniature de Mérida. Détail du sanglier. Découvert à Mérida (province de Badajoz, région d’Estrémadure, Espagne). IIe-Ier siècle av. J.-C., sculpture (bronze ; fonte à la cire perdue), 12 × 28 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 76267bis)
Char miniature de Mérida
Détail du sanglier
dimension : H. 12 cm ; L. 28 cm
matériaux : bronze
technique : sculpture (fonte à la cire perdue)
provenance : Espagne, Estrémadure, Badajoz, Mérida
datation : IIe-Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Ducaroy et Grange, maquette no 2 du char de Vix. Essai de reconstitution du char funéraire de la tombe de la Dame de Vix (VIe siècle av. J.-C.). 1995, bois et métal, 60 cm. Châtillon-sur-Seine, musée du Pays Châtillonnais – trésor de Vix (Inv995.1.1)
Maquette no 2 du char de Vix
Essai de reconstitution du char funéraire de la tombe de la Dame de Vix (VIe siècle av. J.-C.)
auteur(s) : Ducaroy et Grange
dimension : L. 60 cm
matériaux : bois, métal
datation : 1995
lieu de conservation : Châtillon-sur-Seine, musée du Pays Châtillonnais – trésor de Vix
Carnyx. Trompette de guerre. Découvert à Tintignac (commune de Naves, Corrèze) en 2004. Second âge du Fer, bronze, 180 cm. Paris, Institut national de recherches archéologiques préventives
Carnyx
Trompette de guerre
dimension : H. 180 cm
matériaux : bronze
provenance : Corrèze, Naves, Tintignac
datation : second âge du Fer
lieu de conservation : Paris, Institut national de recherches archéologiques préventives
Dieu dit d’Euffigneix. Fragment portant la représentation d’un sanglier, un torque autour du cou et un œil prophylactique découvert dans une fosse, au milieu d’ossements, en 1922. Découvert à Euffigneix, en Haute-Marne. Ier siècle av. J.-C., sculpture (calcaire), 25,8 × 10,5 × 7,5 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN 78243)
Dieu dit d’Euffigneix
Fragment portant la représentation d’un sanglier, un torque autour du cou et un œil prophylactique découvert dans une fosse, au milieu d’ossements, en 1922
dimension : H. 25,8 cm ; L. 10,5 cm ; P. 7,5 cm
matériaux : calcaire
technique : sculpture
provenance : Haute-Marne, Euffigneix
datation : Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
Statère des Parisis. Face B. Première moitié du Ier siècle av. J.-C., sculpture (or), 2,1 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Layev (MAN 1725)
Statère des Parisis
Revers
dimension : D. 2,1 cm
matériaux : or
technique : sculpture
provenance : .
datation : première moitié du Ier siècle av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d'Archéologie nationale
En quoi cet objet révèle-t-il la richesse du thème du char et de la chasse dans la culture celtique ?

Découvert à Mérida (Estrémadure), ville espagnole célèbre pour son patrimoine archéologique romain, cet objet en bronze image principale est un témoignage précieux de la culture celtibère, attestée dans la région avant la conquête romaine. Par son sujet, un chasseur en pleine action entouré d’animaux, et son petit format, il pourrait évoquer un jouet, mais il est en réalité porteur d’une riche symbolique. Bien que son contexte archéologique ne soit pas connu, on estime qu’il a été réalisé entre le IIe et le Ier siècle av. J.-C. Il semble que cette sculpture ait été découverte démontée, une caractéristique propre aux objets votifs ou cérémoniels dans la culture celtique.

Vivacité d’une scène mouvementée

L’objet est composé d’un chariot, formé d’une plateforme rectangulaire de bronze montée sur quatre roues, sur lequel trois statuettes représentant les protagonistes d’une scène de chasse sont fixées : un homme à cheval, muni d’une lance (ajoutée lors d’une restauration moderne), accompagné de son chien et poursuivant un sanglier.

La scène est haletante et pleine de vivacité : le cavalier s’apprête à frapper le sanglier. À la droite de l’homme, des encoches réalisées sur la plateforme image b indiqueraient l’existence d’une quatrième statuette aujourd’hui perdue, représentant probablement un sanglier ou un chien. Le char est pourvu de six clochettes image c qui tintaient lorsque l’objet était mis en action.

Une datation complexe

L’œuvre, réalisée à la fonte à la cire perdue, est datée entre le IIe et le Ier siècle av. J.-C. Mais une récente analyse des métaux utilisés indique que certaines pièces remonteraient au Ve siècle av. J.-C. La sculpture serait donc le résultat d’un réemploi d’éléments anciens (peut-être conservés pour leur caractère sacré) et d’ajouts postérieurs.

Le rendu des animaux est assez naturaliste, ce qui indiquerait une influence gréco-romaine. Notons toutefois une nette simplification des formes et un certain goût pour le décor géométrique : le harnachement du cheval et le vêtement du cavalier sont ornés de petits ronds image d, tandis que la robe du sanglier est formée de chevrons image e. Ce goût pour l’ornement géométrique et la stylisation est une caractéristique de l’art celtique.

Le char, véhicule symbolique de l’au-delà

Afin d’éclairer le sens de cet objet, il convient de remonter dans le temps. Chez les Celtes, le char, qu’il soit à quatre roues (période de Hallstatt) ou à deux (période de La Tène), est associé au pouvoir et à l’élite. Marque de supériorité sociale, il pouvait, lors de funérailles, être utilisé pour exposer le corps du défunt ou lors de processions, durant lesquelles il conduisait littéralement celui-ci dans l’au-delà. La célèbre tombe dite de la Dame de Vix (Côte-d’Or), datant de la fin de la période de Hallstatt, en témoigne : si le char qu’elle renfermait a été découvert démonté, les diverses reconstitutions proposées montrent un véhicule très luxueux image 1.

Le char est donc associé à l’au-delà. L’image de la roue matérialiserait peut-être un temps cyclique, symbole d’éternité. Cette éternité est le privilège du prince ou du guerrier, invité à partager un banquet où l’ivresse tient une place centrale. Ainsi, la tombe de la Dame de Vix, comme d’autres tombes de la même époque, renfermait un service complet destiné à la consommation de boissons alcoolisées lors du banquet funéraire, inspiré des récits homériques.

Le sanglier : la puissance primordiale

Le sanglier, représenté ici en tant que proie, est porteur d’une double symbolique fondamentale, celle de la destruction et de la création.

Animal courageux et gibier de choix, il incarne la vigueur et l’abondance. Cherchant sa nourriture dans le sol (les glands de chêne, notamment), le sanglier est associé aux forces de la terre et aux puissances de la mort. Le porc est d’ailleurs un mets très apprécié des Celtes, qui l’élèvent de manière assez intensive. Ressource au cœur de l’hiver, il apporte donc la vie : c’est la viande consommée lors de la fête de Samain, qui est célébrée chaque année au mois de novembre.

Mais cette vigueur peut mener à la destruction violente du monde. Le sanglier se voit attaché à une symbolique guerrière très importante, comme en témoignent les carnyx image 2. Il semble être l’incarnation d’un dieu, dont le nom ne nous est pas parvenu. Dans la mythologie celtique, les métamorphoses constantes des dieux les rendent insaisissables et tout-puissants. De fait, le doute subsiste quant à l’interprétation de certaines œuvres figurant des sangliers : incarnation d’un dieu ? animal totémique des ancêtres ou des guerriers ? Ce qui est certain, c’est que son image est prestigieuse image 3. Le territoire celtibère est d’ailleurs émaillé de statues représentant des porcs mâles (quelquefois des taureaux), appelées verracos (« verrats »).

Cavalier et cheval : la lumière

Le cavalier avec son cheval est un thème récurrent dans l’art celtique image 4. Le cheval, animal rapide et farouche, est associé depuis l’âge du Bronze au soleil et au retour cyclique de la lumière. Ici, le guerrier à cheval pratiquant la chasse au sanglier symboliserait donc la quête d’équilibre entre les forces de destruction et de création.

Illustration d’un mythe ?

Cette scène pourrait donc illustrer un mythe, celui d’une chasse dans l’autre monde. En terrassant un dieu, les hommes puiseraient leur force de cette victoire.

Lorsqu’il roulait, le char de Mérida mettait en action cette scène fondamentale de chasse fantastique avec, au centre de sa symbolique, l’équilibre du cosmos. Il devait servir dans le cadre de rituels, dont la teneur nous échappe aujourd’hui. En effet, les Celtes ne pratiquaient pas l’écriture, et leur religion est restée incompréhensible aux Grecs et aux Romains. La symbolique de ce thème s’est transmise par le biais de la culture orale. Il a par la suite été exploité par les bardes gallois du Moyen Âge, qui ont conçu le cycle arthurien.

Sylvaine Joy

Permalien : https://www.panoramadelart.com/char-merida-celtibere

Publié le 11/02/2022

haut de page

ressources internet

  1. La fiche descriptive de l’œuvre sur le site du musée d’Archéologie nationale
    https://musee-archeologienationale.fr/objet/le-char-de-merida-espagne
  2. Une présentation du char cultuel de Roissy sur le site du musée d’Archéologie nationale
    https://musee-archeologienationale.fr/decouvrir/focus-sur/le-char-ceremoniel-de-
  3. La galerie des objets protohistoriques en France sur le site de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)
    https://galeriemuseale.inrap.fr/index.php/Browse/objects/key/ecc7411b22d8481e480
  4. Une vidéo de la conférence de Bastien Dubuis, Émilie Millet et François Mirambet sur la découverte d’une tombe à char du premier âge du Fer à Lavau (Troye), publiée par l’École nationale des chartes
    https://youtu.be/Imjo04TEDFE
  5. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Carnyx :
Trompette de guerre verticale, au son puissant.
Celtes :
Populations de l’âge du fer qui ont occupé une partie de l’Europe de l’Ouest, notamment la Gaule, dans la seconde moitié du premier millénaire avant J.-C. Leur culture s’efface peu à peu du fait de la conquête romaine, mais perdure dans les îles Britanniques jusqu’au début du Moyen Âge. Aujourd’hui encore, il en subsiste des traces.
Celtibère :
Culture celtique (indo-européenne) rassemblant plusieurs peuples, installés dans le Centre et l’Ouest de la péninsule Ibérique depuis au moins la fin de l’âge du Bronze (1500-1200 av. J.-C.), très imprégnée de culture ibérique (non indo-européenne). Elle s’affirme pendant le second âge du Fer au Ve siècle av. J.-C., son apogée se situant vers le IIIe-IIe siècle av. J.-C. et disparaît avec la romanisation, au Ier siècle av. J.-C. Toujours sujette à hypothèses quant à l’origine de sa langue et les caractéristiques de son métissage indo-européen/ibère, la culture celtibère semble plus proche de la culture ibère que des cultures celtiques contemporaines de Gaule, par exemple. Toutefois, les dieux du panthéon celtique, tels que Lug, le dieu de la lumière, y sont présents, ainsi que le bestiaire symbolique. À cette époque, les Celtes ne sont pas en contact direct avec le monde grec, mais les échanges commerciaux sont déjà intenses entre le Nord de l’Europe et la Méditerranée. C’est l’époque des chefferies et des riches tombes à tumulus, telles celles de la Dame de Vix (Côte-d’Or) et du prince de Hochdorf (Sarre, Allemagne). Caractérisées par la présence d’un char à quatre roues, ces tombes témoignent de l’adoption par les Celtes des pratiques du banquet funéraire méditerranéen, notamment par la présence de services à boisson très luxueux. Cette époque voit l’émergence d’une élite guerrière, ainsi que de grands mouvements migratoires de populations celtiques en Europe. Le monde gréco-latin entre alors en contact direct avec les peuples celtiques.
Chevron :
Élément décoratif en forme de V.
Fonte à la cire perdue :
Technique de fonte inventée au début du IVe millénaire av. J.-C., qui consiste à remplacer la cire évacuée du moule par du métal en fusion. Pour ce faire, trois étapes sont nécessaires : – l’objet initial à mouler, réalisé en cire, est placé dans une gangue d’argile ; – la gangue d’argile est chauffée et la cire s’évacue par des canaux spécialement aménagés à cet effet ; – le métal fondu est introduit dans les creux ainsi obtenus par d’autres canaux prévus pour la coulée.
Hallstatt :
Appelée premier âge du Fer, cette période s’étend de – 800 à – 475 av. J.-C. Hallstatt est le nom d’une nécropole située dans les Alpes autrichiennes, couvrant la période de la fin de l’âge de Bronze et du premier âge du Fer.
La Tène :
Appelée second âge du Fer, cette période s’étend de – 475 à – 50 av. J.-C. et prend fin avec la romanisation. La Tène est un site archéologique au bord du lac de Neufchâtel.
Samain :
L’une des quatre fêtes celtiques célébrant les différentes étapes de l’année, connues grâce aux sources écrites médiévales irlandaises. Fêtée en novembre, à l’époque de l’actuel Halloween des Anglo-Saxons, elle marquait le début de l’année, démarrant aux jours sombres.
Votif :
Adjectif s’appliquant à un objet donné en offrande à une divinité, en vue de répondre à une prière ou en gage d’un vœu.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !



* Vos données sont destinées à la Rmn-Grand Palais, qui en est le responsable de traitement. Elles sont nécessaires pour traiter votre demande de publication de commentaire. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la Rmn-Grand Palais impliqués dans de la publication de vos commentaires.
Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr.
Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données en cliquant ici.