Statue-menhir | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


Statue-menhir

Statue-menhir. Provient de Serre-Grand, à Rebourguil (Aveyron). Seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C., sculpture (grès), 80 × 38 × 13 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
  • Statue-menhira
  • Statue-menhirb
  • Statue-menhirc
  • Statue-menhird
  • Statue-menhir1
Statue-menhir
dimension : H. 80 cm ; L. 38 cm ; P. 13 cm
matériaux : grès
technique : sculpture
provenance : Aveyron, Rebourguil, Serre-Grand
datation : seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir. Provient de Serre-Grand, à Rebourguil (Aveyron). Seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C., sculpture (grès), 80 × 38 × 13 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir
dimension : H. 80 cm ; L. 38 cm ; P. 13 cm
matériaux : grès
technique : sculpture
provenance : Aveyron, Rebourguil, Serre-Grand
datation : seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir. Provient de Serre-Grand, à Rebourguil (Aveyron). Seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C., sculpture (grès), 80 × 38 × 13 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir
Détail du visage
dimension : H. 80 cm ; L. 38 cm ; P. 13 cm
matériaux : grès
technique : sculpture
provenance : Aveyron, Rebourguil, Serre-Grand
datation : seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir. Provient de Serre-Grand, à Rebourguil (Aveyron). Seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C., sculpture (grès), 80 × 38 × 13 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir
Détail des bras et des doigts
dimension : H. 80 cm ; L. 38 cm ; P. 13 cm
matériaux : grès
technique : sculpture
provenance : Aveyron, Rebourguil, Serre-Grand
datation : seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir. Provient de Serre-Grand, à Rebourguil (Aveyron). Seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C., sculpture (grès), 80 × 38 × 13 cm. Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir
Détail de la ceinture
dimension : H. 80 cm ; L. 38 cm ; P. 13 cm
matériaux : grès
technique : sculpture
provenance : Aveyron, Rebourguil, Serre-Grand
datation : seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C.
lieu de conservation : Saint-Germain-en-Laye, musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye
Statue-menhir. Provient de Tell Brak, en Syrie. Âge du Bronze moyen (2000-1600 av. J.-C.), sculpture (basalte). Paris, musée du Louvre
Statue-menhir
matériaux : basalte
technique : sculpture
provenance : Syrie, Tell Brak
datation : âge du Bronze moyen (2000-1600 av. J.-C.)
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre

Que représente cette statue énigmatique du IIIe millénaire av. J.-C. ?

Cette stèle gravée sur ses deux faces image principale, datée de la seconde moitié du IIIe millénaire av. J.-C., a été retrouvée à Serre-Grand, sur le territoire de la commune de Rebourguil, en Aveyron.

Cette région a livré de nombreuses stèles du même type. Leur découverte remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque l’abbé Hermet (1856-1939) commence à s’intéresser à un bloc sculpté trouvé en 1888 sur le chemin de Saint-Sernin-sur-Rance, bientôt baptisé La Dame de Saint-Sernin. D’autres sculptures du même type seront identifiées par la suite.

Ce premier ensemble, constitué de 120 pièces, est désormais connu sous le nom de « groupe rouergat » (c’est-à-dire provenant du Rouergue). Malgré les études de l’abbé, une datation précise est difficile à établir car toutes ces stèles ont été découvertes hors contexte archéologique.

D’autres recherches menées sur des sites archéologiques français, européens, voire sur d’autres continents, révèlent l’existence de statues aux formes similaires. Elles sont réparties principalement en Europe occidentale, sur le pourtour méditerranéen et en Asie centrale image 1 . Les plus anciennes, taillées un peu plus grossièrement, datent du IVe millénaire.

 

Une représentation humaine

Dès les premières études qu’il leur consacre, l’abbé Hermet désigne ces pierres sous le nom de « statue-menhir ». Ce terme est en effet utilisé pour la première fois en 1898, dans un article que l’abbé publie dans le Bulletin archéologique.

Toutes ces stèles sont anthropomorphes. Elles sont soit gravées, soit sculptées sur leurs deux faces.

Même s’il est parfois très schématique, le visage est représenté, indiqué par les yeux et le nez ; la bouche, elle, est rarement figurée.

Quelques accessoires permettent d’identifier le sexe du personnage représenté : une arme de type poignard ou un arc et une flèche accompagnent souvent la représentation schématique d’un personnage masculin, tandis qu’un personnage féminin peut être identifié à la représentation sommaire de son anatomie (cercles gravés pour les seins, longue chevelure soulignant la silhouette) ou au port d’un collier. Néanmoins, qu’il s’agisse d’un personnage masculin ou féminin, le torse est généralement souligné d’une ceinture image d.

Dans le cas de la statue-menhir de Serre-Grand, le personnage représenté est sans doute à l’origine un homme, jambes droites et bras repliés sur le torse image c, les doigts de chaque main parfaitement indiqués, modifié par la suite en figure féminine : le baudrier qui accompagnait peut-être l’homme aurait été « effacé » et remplacé par des seins. Le visage image b porte en outre des traces de striures, correspondant vraisemblablement à des scarifications.

 

Une architecture primordiale

Malgré leur grande répartition géographique, les stèles anthropomorphes gravées ou sculptées montrent une véritable parenté stylistique.

Elles ont été créées au Néolithique (vers 3500-2200 av. J.-C.), période de profonds changements dans les activités humaines. Le développement de l’agriculture et, bientôt, les débuts de la métallurgie transforment les modes de vie.

En Aveyron, ces statues-menhirs ne semblent pas érigées près d’habitations ou de sépultures, mais plutôt au cœur d’épaisses forêts.

Il faut également souligner que le grès dans lequel la statue-menhir de Serre-Grand a été réalisée est une roche allogène, c’est-à-dire qu’elle ne provient pas de là où la sculpture a été érigée. Il y a donc une recherche et une volonté d’utiliser des pierres particulières, y compris au prix de grandes difficultés (car ces menhirs peuvent peser très lourd, 90 kg pour les plus légers…).

La fonction de ces stèles anthropomorphes ne peut être précisément déterminée. S’agissait-il de représentations de divinités, d’ancêtres tutélaires ?

 

Une sensibilité intemporelle

Le regard contemporain attribue désormais une place de premier ordre à ces œuvres venues des temps anciens ou de continents éloignés. Si elles offrent un témoignage souvent poignant de la condition humaine, elles sont aussi appréciées pour leur valeur esthétique.

Certains artistes ont pu y faire référence pour expliquer l’origine de leur vocation artistique. C’est le cas de Pierre Soulages. Originaire de Rodez, l’artiste a pu découvrir dans sa jeunesse un ensemble exceptionnel de statues-menhirs au musée Fenaille. Pour lui, c’est un choc. Évoquant ce souvenir, il explique : « C’est peut-être à cause des émotions que j’ai eues devant ces objets que j’ai été amené à regarder ailleurs et peut-être même à guetter, pendant que je peignais, ces moments d’origine. »

De nombreux artistes transgressent les codes imposés et explorent volontiers les œuvres anciennes et lointaines qui, par leur esthétique, en paraissent bien éloignées. Elles leur apportent de nouvelles sources dont ils peuvent s’inspirer. Ainsi, Pierre Soulages se souvient de l’émotion ressentie lors de sa première visite au musée Fenaille de Rodez qui présente un ensemble exceptionnel de statues-menhirs : « Lorsque pour la première fois j’ai vu les stèles gravées du musée Fenaille, ce fut un choc. »

 

Véronique Duprat-Roumier

Permalien : https://www.panoramadelart.com/statue-menhir-aveyron

Publié le 12/05/2021

haut de page

ressources internet

  1. Le modèle 3D de l’œuvre par l’Agence photo de la RMN-GP sur Sketchfab
    https://sketchfab.com/3d-models/statue-menhir-9e7192df052a4c4f812277c68bc1b6a6
  2. Un texte de Pierre Soulages sur les statues-menhirs extrait de l’ouvrage Statues-menhirs : des énigmes de pierre venues du fond des âges paru en 2012 aux éditions du Rouergue
    http://archives.pierre-soulages.com/pages/psecrits/statuesmenhirs.html
  3. Le circuit de visite consacré aux statues-menhirs du musée Fenaille
    https://musee-fenaille.rodezagglo.fr/preparer-sa-visite/circuits/les-statues-men
  4. Les statues-menhirs de l’abbé Hermet, objets du mois de janvier 2018 du musée d’Archéologie nationale
    https://musee-archeologienationale.fr/actualite/les-statues-menhirs-de-labbe-her
  5. La chronologie générale de l’Inrap, depuis le Paléolithique ancien jusqu’à nos jours
    https://multimedia.inrap.fr/archeologie-preventive/chronologie-generale#.X8fCyc1
  6. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Anthropomorphe :
Qui a la forme humaine.
Néolithique :
En Europe occidentale, le Néolithique s’étend entre 6000 et 2000 av. J.-C. environ. Il se caractérise par la sédentarisation des groupes humains, l’apparition de l’agriculture, de l’élevage et des arts du feu.
Scarification :
Incision de la peau réalisée à des fins rituelles, sociales ou religieuses.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !



* Vos données sont destinées à la Rmn-Grand Palais, qui en est le responsable de traitement. Elles sont nécessaires pour traiter votre demande de publication de commentaire. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la Rmn-Grand Palais impliqués dans de la publication de vos commentaires.
Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr.
Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données en cliquant ici.